Menu Content/Inhalt
Accueil
Des Amis de la Nature en conversation: Manfred Pils, Président de l´IAN
Image

Le 21 octobre 2017, l’Autrichien Manfred Pils a été réélu Président de l’Internationale des Amis de la Nature par le Congrès de celle-ci, tenu à Lage Vuursche aux Pays-Bas. L’équipe de l’IAN le félicite sincèrement de cette réélection !

Dans notre conversation Manfred Pils parle de ses visions pour l’avenir du mouvement AN, des actuels défis et de ses objectifs personnels. 

La 23e Conférence sur le climat vient de s’achever à Bonn. Le Congrès de l’IAN lui aussi a été placé sous la devise « Vivre la justice climatique ! Solidaires pour un bel avenir ! ». La protection du climat et la justice climatique sont des thèmes centraux du mouvement international des Amis de la Nature. Quels sont pour toi les défis majeurs dans ce contexte, comment pouvons-nous réussir la protection du climat sur le plan global ? Comment se présenterait un monde équitable en matière de climat ? Et quelle pourra être la contribution de l’Internationale des Amis de la Nature ? 

 

Manfred Pils: Pour protéger le climat il faut qu’on s’attaque aux causes principales du changement climatique. Il s’agit en premier lieu de réduire radicalement les émissions de CO2 dans les pays industrialisés occidentaux et dans les pays émergents – ceci concerne en premier lieu la production énergétique, le trafic, l’industrie et le chauffage.
Les technologies existent, il faut seulement les appliquer, ce qui aura aussi des effets économiques positifs. Parallèlement il s’agit d’assister ceux qui, sans y avoir contribué, sont les premiers concernés par le changement climatique – à savoir les populations des pays du Sud global – afin d’en atténuer les conséquences négatives. Il s’agit par exemple de financer des projets de reboisement, des travaux pour stabiliser les zones côtières, des projets de distribution d’eau et d’irrigation, mais aussi des déplacements devenant nécessaires.
Pour cela nous avons besoin de solidarité vécue au plan international, pour laquelle l’IAN s’engage et qu’elle se propose de promouvoir. Et bien entendu nous devons, en tant qu’Amis de la Nature, contribuer activement nous-mêmes à la justice climatique – ce que nous faisons déjà par le biais de plusieurs projets, par exemple par des reboisements au Sénégal et en Gambie, financés par le Fonds des Amis de la Nature pour le climat.  

 

 

Les Amis de la Nature font actuellement face à des défis majeurs. Pour bien des organisations membres de l’IAN des thèmes centraux sont l’entretien des chalets et des maisons et l’adaptation des activités aux nouvelles donnes de la société. En même temps beaucoup de fédérations sont confrontées à une diminution des recettes venant de cotisations et de subsides nationaux. Quelles sont tes visions pour que le mouvement AN puisse réussir dans l’avenir ? 
 
Manfred Pils: L’IAN est loin de vouloir donner de bons conseils à ses organisations membres. Mais ce qui nous unit ce sont l’utilisation durable de nos fondements de vie, les découvertes conviviales de la nature et l’internationalisme. Nous combinons les activités de loisir avec un engagement progressiste pour la société durable. Voilà les caractéristiques particulières de notre mouvement, sur lesquelles nous devons insister dans une mesure croissante. Si en nous dotant d’un profil moderne nous parvenons à intéresser du monde            pour notre mouvement, celui-ci pourra se renouveler et devenir viable.  
 
 
À ton avis, comment l’Internationale des Amis de la Nature peut-elle contribuer à ce que ces visions deviennent réalité ? Et quels sont les objectifs que tu te proposes personnellement comme Président de l’Internationale des Amis de la Nature pour les trois prochaines années ?  
 
Manfred Pils: L’Internationale des Amis de la Nature est la fenêtre du mouvement AN vers le monde – elle a un rôle très important à jouer pour élargir le mouvement. La diversité des Amis de la Nature, la créativité et l’engagement de beaucoup de militants bénévoles sont les atouts du mouvement. Nous voulons promouvoir les échanges et l’enrichissement mutuel, mais souhaitons aussi montrer que l’internationalisme est une valeur capitale dans une société globale – pour chacun des adhérents, et aussi pour l’engagement politique des Amis de la Nature, par exemple dans nos actions pour la justice climatique.
À une époque où la politique internationale est dans une mesure croissante marquée par les intérêts nationaux et où les valeurs fondamentales de notre société sont progressivement remises en question, l’IAN a besoin du plein soutien de ses fédérations membres – pour que nous puissions parler d’une une voix forte et nous faire entendre. Voilà ce qui sera au cœur de mon travail pendant les trois années à venir. 
 
 
 
Share this:

 

Critère de recherche

Newsletter





Dates

Janvier 2018
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

Boutique


Lister Tous les Produits
Voir le panier
Votre panier est actuellement vide.