Menu Content/Inhalt
Accueil
Des Amis de la Nature en conversation: Urs Wüthrich-Pelloli | Président des Amis de la Nature Suisse
Image

Depuis le 13 mai 2017 Urs Wüthrich-Pelloli est président des Amis de la Nature Suisse. Politicien de l’éducation et ancien Conseiller d’État, il a des plans ambitieux pour l’exercice de sa fonction. Dans notre entretien, Urs parle de ce qui le motive dans son engagement pour les Amis de la Nature et de ses idées pour l’avenir de l’association.

Tu as parcouru une longue carrière politique. Qu’est-ce qui t’a amené à t’engager maintenant pour les Amis de la Nature ?

Urs Wüthrich-Pelloli : En tant qu’individu je m’engage depuis longtemps pour un milieu intact et suis membre des Amis de la Nature depuis les années 1980. Mes rapports à cette association sont trois. D’une part le rapport historique, parce que les Amis de la Nature sont issus du mouvement ouvrier, où j’ai aussi mes racines. D’autre part le rapport sportif, parce que je m’engage pour le sport et aime la randonnée. Et finalement un rapport au niveau des valeurs, parce que je pense que des Amis de la Nature doivent aussi assumer une responsabilité pour celle-ci.


Beaucoup considèrent toujours les Amis de la Nature comme une simple association de loisirs et de randonnées. L’action politique n’est pas présente au même degré dans les différentes fédérations nationales. Et au plan national des thèmes très variés sont abordés – du nucléaire par le libre échange à la liberté d’accès aux chemins. Quelles sont tes idées pour l’action politique des Amis de la Nature ?

Urs Wüthrich-Pelloli : Il est pour moi indispensable que le mouvement des Amis de la Nature s’ingère de nouveau dans la politique en matière de nature et de paysages. Je ne veux explicitement pas dire que les Amis de la Nature doivent devenir un parti politique ou se laisser instrumentaliser par un parti. Mais ils doivent se donner de nouveau un profil politique clair et se positionner comme les alliés d’organisations s’engageant pour le développement durable et la sauvegarde de la nature.


Le Mouvement des Amis de la Nature vit actuellement des moments difficiles. Bien des fédérations nationales sont confrontées depuis des années à la baisse de leurs effectifs et à la perte de subsides publics – par exemple pour le maintien de leurs Maisons. Que comptes-tu faire dans ce domaine au plan national pour inverser cette tendance ?

Urs Wüthrich-Pelloli : Le développement de nos effectifs et la structure d’âge de plusieurs sections mettent en évidence de graves déficits au niveau de la relève. Il y a des sections qui montrent avec succès que le renouveau dans la continuité est possible. Je suis optimiste que leur succès pourra faire tâche d’huile.
Un thème très important est pour moi la gestion efficiente et viable de nos Maisons. Dans ce domaine nous avons à faire converger le bénévolat incontournable et l’ambition d’un professionnalisme accru.
Et comme je l’ai déjà dit, une grande priorité pour moi personnellement sont le travail de fond et le positionnement politique des Amis de la Nature suisses. Je considère la dépolitisation de notre mouvement comme un développement fatal, synonyme de perte d’identité, de profil et d’originalité – nos idées et valeurs fondamentales resteraient ainsi des mots creux et des déclarations futiles.


Dans les années passées tu as occupé de nombreux postes internationaux, par exemple la direction de la délégation suisse et le présidium de la Commission franco-germano-suisse du Rhin Supérieur ainsi que la représentation de la Suisse au Congrès du Conseil de l’Europe et dans l’Assemblée des régions d’Europe. Quelle est la valeur que tu attaches à l’internationalisme – justement aussi dans le cadre du mouvement des Amis de la Nature ?

Urs Wüthrich-Pelloli : J’ai toujours vécu les rencontres transfrontalières comme un enrichissement et un fondement indispensable de la compréhension mutuelle. Ce ne sont que l’échange d’opinons et d’expériences et le respect de perspectives et horizons divers qui peuvent garantir le développement de la société et la stabilité. Dans un monde de plus en plus globalisé il s’impose d’autant plus que des mouvements comme les Amis de la Nature dépassent les frontières nationales et s’engagent dans des réseaux forts, si l’on veut que leur voix soit entendue par les décideurs internationaux. Par conséquent je félicite l’IAN de son action et me réjouis de pouvoir soutenir cet engagement par mes propres expériences.

 
 
Share this:
Google + LinkedIn

 

Critère de recherche

Newsletter





Dates

Juillet 2017
L M M J V S D
26272829301 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

Boutique


Lister Tous les Produits
Voir le panier
Votre panier est actuellement vide.